Le grand vide


Aller au contenu

Témoignages

Rêverie du promeneur solitaire :

Mais s'il est un état
où l'âme trouve une assiette assez solide
pour s'y reposer toute entière
et rassembler là tout son être
sans avoir besoin de rappeler le passé
ni d'enjamber sur l'avenir...
où le présent dure toujours...
sans aucun autre sentiment
de privation ou de jouissance,
de plaisir ni de peine,
de désir ni de crainte
que celui de notre existence,
et que ce sentiment puisse la remplir tout entière,
tant que cet état dure,
celui qui s'y trouve peut s'appeler heureux,
d'un bonheur suffisant, parfait et plein,
qui ne laisse dans l'âme aucun vide
qu'elle sente le besoin de remplir,
Tel est l'état,
où je me suis trouvé souvent
à l'île Saint Pierre
dans mes rêveries solitaires.











Jean Jacques ROUSSEAU





L'âme qui aspire à l'union divine commence par se vider ...
Saint Jean de la Croix ne cesse de proclamer la nécessité absolue de ce vide
pour arriver à la nudité
et au vide en ses puissances,
comme il est nécesaire à la simple union.
Vide en effet doit être le réceptacle du sacrifice
"C'est pourquoi Dieu commandait que l'autel
sur lequel se trouvait l'arche du Testament
fut vide au-dedans,
pour donner à entendre à l'âme
combien Dieu la veut vide de toutes choses,
afin qu'elle soit un digne autel
où soit sa Majesté."
... Ce vide, relève de l'attitude intérieure
puisqu'il ne s'agit pas d'une privation mais d'un détachement.
C'est la convoitise
et non son objet qui disparaît
pour l'âme promise à l'union divine.
Aussi la terre se vide-t-elle
pour l'âme engourdie par la Grâce.












Saint Jean de la Croix







Ravissement contemplatif :

"Souvent je m'éveille à moi-même, comme delié de mon corps ;
je deviens extérieur à tout ce qui m'est autre,
je me recueille à mon intime ;
je vois une beauté merveilleusement grande.
Je suis persuadé d'avoir alors plus que jamais
part au sort le meilleur;
j'exerce l'acte de vivre une vie excellente ;
je m'identifie au divin ;
j'y suis établi,
au terme de cet acte vital supérieur,
m'y voici installé au-dessus de tout autre intelligible.
Mais quand il me faut,
après cette pause dans le divin,
redescendre de l'intuition intellectuelle
à la raison discursive,
je suis dans l'embarras
et me demande
comment je puis maintenant descendre
et comment il m'est advenu que mon âme,
étant essentiellement comme elle vient de m'apparaître,
à bien pu s'enfermer dans ce corps ;
Or elle y est bel et bien".













Plotin (élève de Platon)


Revenir au contenu | Revenir au menu